Apprendre à ressentir le rythme quand on est musicien

Et si aujourd’hui on apprenait le rythme ? 

« Oui MAIS MOI je n’ai pas le sens du rythme ». 

STOP !  Fini cette phrase à 2 francs 6 sous. Je vous promets qu’avoir le sens du rythme n’est pas un don du ciel … au contraire, comme tout, ça se travaille, ça s’apprend, ça se pratique. 

Ressentir le rythme

Le rythme ça ne s’apprend pas avec tout un tas de données théoriques, loin de là ! Vous ne développerez pas votre sens du rythme en étudiant les croches, doubles-croches ou triolets ! Loin de moi de vous dire que cela ne sert à rien : cela vous sera évidemment utile… plus tard. Car pour le moment, croyez-moi, vous n’allez pas mieux le maîtriser en vous bourrant le crâne de théorie.

Car le rythme, avant tout, ça se ressent … 💙

Mais ça veut dire quoi ressentir le rythme ?

Ressentir le rythme c’est être capable de repérer le beat d’un morceau, le tempo principal. Ce qui est vraiment cool, c’est que vous pouvez vous entraîner sur n’importe quelle musique (tant que vous l’aimez, c’est que du plaisir…) . Enfin bref,  n’attendez plus pour enfiler votre casque, mettre votre playlist à fond et… compter les temps (c’est moins fun dit comme ça ?). Ne partez pas en courant, il s’agit juste de claquer vos doigts, taper du pied, hocher la tête, ou réaliser toute autre contorsion qui aura le double avantage d’impressionner votre entourage… tout en vous permettant de ressentir les pulsations du morceau, et même de les nommer ! (1, 2, 3, 4 :). Si vous êtes nul(le) en maths c’est un bon moyen de réviser votre numération :)

Même si vous n’avez que très peu de temps dans votre journée… pas de panique. Ce qui facilite carrément la tâche de cet apprentissage c’est que vous pouvez vous entraîner n’importe où.

Ecouter le rythme

 

Les transports en commun, votre meilleur allié ! 

Oui, oui, faites leur confiance, ils vont bientôt devenir votre meilleur allié dans l’apprentissage du rythme. Et n’essayez pas de me mentir en me disant que vous n’écoutez pas de musique dans les transports en commun… je ne vous croirais pas. Donc… vous n’avez plus aucune excuse. Franchement, quand on y réfléchit bien c’est un gain de temps énorme ! 

Cela étant, vous pouvez bien évidemment aussi vous entraîner, sous la douche, dans votre lit, aux toilettes…dès que vous avez 5 minutes pour vous quoi !

 

Une petite technique miracle

Voici donc ma petite technique miracle -peu importe l’endroit- pour vous entraîner : à chaque fois que vous écoutez de la musique, tapez la pulsation ! Avec vos doigts, vos pieds, ou n’importe quoi d’autre. C’est comme ça qu’on ressent le beat ! Pour vous aider, vous pouvez aussi compter les temps (ex : 1,2,3,4), ou repérer certains sons d’instruments sur ces mêmes temps (ex : la caisse claire de la batterie sur le 2 et le 4). Si vous effectuez ces exercices dès que vous prenez les transports en commun, je vous promets que vous allez devenir un pro du rythme très rapidement ! 

exercer votre rythme

Alors vous me direz : ok, c’est cool de savoir reconnaître un tempo, mais ce n’est pas cela qui me fera devenir le dieu du rythme… Vous avez à la fois tort et raison : tort, car c’est la base de tout. Et raison car le voyage n’est pas fini ! Si on devait résumer, je dirais que vous avez 3 étapes clés devant vous, 3 étages à gravir pour atteindre une vraie maîtrise rythmique.

 

Nos 3 étapes clés

1ère étape : 

Apprendre à reconnaître le tempo, la « terre ». 

Autrement dit apprendre à différencier les pulsations rythmiques principales du morceau. Je radote un peu, mais si j’avais un petit conseil à vous donner je vous dirais : rien ne sert de vouloir jouer des motifs rythmiques hyper complexes si déjà vous ne ressentez pas les pulsations primaires en vous !!! C’est très important, c’est par là que tout commence. Alors pas la peine de vous presser, ça prendra le temps qu’il faut mais ne vous inquiétez pas, ressentir le rythme deviendra progressivement aussi naturel que respirer ! 

2ème étape :

Ressentir les subdivisions rythmiques. 

Et oui, les subdivisions rythmiques c’est tout un monde ! Par exemple, un morceau à 4 temps peut être divisé d’une façon particulière afin de donner un « feeling » rythmique spécifique au morceau. Chacun des 4 temps peut par exemple être divisé en 2 parties égales (les croches par exemple), ou 3, ou 4. Et beh, ça vous fait une belle jambe tout ça 😂). Oui, sauf que bien ressentir cela, c’est la garantie de pouvoir être ensuite à l’aise rythmiquement. Combien de guitaristes essaient de placer des riffs compliqués sans être carrés à l’étage d’en-dessous ? Combien de fois avons-nous vu des batteurs rentrer dans des fills invraisemblables, qui ne sonnent pas car leur base rythmique n’est pas propre ?

Pour ressentir ces subdivisions, reprenons la base : d’abord, on bat les pulsations primaires (l’étage 1) avec le pied, car cela, c'est notre référentiel ! Ensuite, quoi de plus efficace pour ressentir ces subdivisions que de les verbaliser à voix haute ? Par exemple, on pourrait dire “1 é, 2 é, 3 é, 4 é” pour ressentir 2 subdivisions par temps. Vous n'allez pas me dire que vous ne savez pas faire cela !!! Si vous savez faire : bienvenue dans les rythmiques binaires à la croche (ah ah ah ces musiciens, ils se prennent toujours la tête avec des termes compliqués... pour dire des choses simples !!!), et plus globalement, dans l’univers de la pop, du rock et de bien d’autres musiques actuelles !

3ème étape :

Ressentir le motif rythmique. 

Beaucoup font l’erreur de chercher directement à battre un motif rythmique. Eh bien, c’est zéro pointé mon ami ! C’est comme si l’on vous demande d’apprendre à dessiner une montagne mais que pour cela, vous prenez un calque. Certes votre montagne sera très réussie, mais vous n’avez pas réellement appris à dessiner… et la refaire parfaitement sans claque sera quasi impossible.

En musique c’est pareil ! Si les étages 1 et 2 de votre maison ne sont pas solides, pas la peine d’essayer de dessiner un motif rythmique. Si vous êtes chanceux, vous réussirez peut-être à le « passer » de temps en temps mais nous ce qu’on veut c’est tout le temps ! Alors ne tentez pas de construire votre 3ème étage si les 2 en dessous sont encore fragiles, bancals. 

En revanche, si à l’inverse vous parvenez à ressentir le tempo, puis ses subdivisions, alors la suite sera bien plus simple et vous pourrez même décider tout(e) seul(e) du motif que vous allez jouer, enfin vous faire plaisir quoi ! 

Résultat :  avec cette méthode progressive, croyez-moi vous allez bientôt pouvoir goûter à la magie du rythme, des rythmes, en découvrant quels motifs caractéristiques se cachent derrière chaque style musical. Que ce soit pop, rock, reggae, funk, jazz, soul, rap, électro ou musique latino, tous ces styles n’auront bientôt plus aucun secret pour vous. Alors écoutez, écoutez et écoutez encore les magiciens du rythme : de Mickaël Jackson à Prince, de Bruno Mars à Stevie Wonder, en passant par Radiohead, et même Ravel ou Mozart… que de pépites rythmiques à aller chercher ! C’est aussi comme cela que vous développerez votre oreille ! 

Développer votre rythme

N’oubliez pas que nos profs ont plein d'autres solutions pour vous aider à dépasser vos blocages…  Par exemple, les méthodes corporelles pour ressentir le rythme via des mouvements du corps (les bras, les jambes, la tête…) sont redoutablement efficaces ! Et si vraiment vous bloquez encore, nous on pratique aussi la torture dans les cas désespérés 😅

En résumé, soyez patient, tout s’apprend ! Personne n’a jamais construit une maison en 2 jours et encore moins en essayant de construire le toit avant le plancher !!! Alors mettez un zest de méthode dans votre apprentissage et les portes du rythme s’ouvriront progressivement… et encore plus vite avec l’aide de nos profs rythme réussi

 

Laisser un commentaire