Apprendre à improviser avec sa guitare

En musique, improviser c’est créer une histoire musicale spontanée, imaginaire, en laissant exprimer sa créativité dans l’instant. 

Que vous soyez guitariste expérimenté, que vous cherchiez simplement à progresser, ou même que vous débutiez (et oui :), l’improvisation est un exercice très formateur. C’est un très bon réflexe à prendre !

Qu’est-ce que l’improvisation ? 

« L’improvisation est un processus de création sans écriture préalable ». 

Improviser à la guitare est un excellent moyen pour sortir des plans préconçus ! Passé un certain stade, il est fort probables que vous commenciez à tourner en rond avec des progressions d’accords qu’on a jouées 1000 fois, les arpèges sempiternelles PIMA, PAMI et consorts qui bouclent en rond dans notre tête, et les rythmes “Ba, Ba-o Ba, Ba o” qui vous enthousiasmaient au début mais finissent par vous user jusqu’à la corde ! Alors, pourquoi ne pas improviser ? En créant vos propres phrases musicales, vous entrez dans un nouvels univers -qui fait un peu peur, car vous êtes sans filet- mais qui a le mérite de vous orienter vers l’essentiel : vous exprimer, exprimer VOS sentiments, VOS émotions, VOTRE personnalité.  En bref, c’est comme raconter votre histoire ou vos humeurs du moment… par la musique ! 

Et comme toute belle histoire, une improvisation doit être structurée telle une narration. Car c’est quand même plus sympa d’écouter une histoire avec un début, une fin et entre les deux, une dynamique !

Quels sont les différents types d’improvisations ? 

Alors oui, quelques précisions utiles :

L’improvisation tonale : c’est l’improvisation sur plusieurs accords et tonalités. Celle-ci est davantage utilisée dans le blues, la pop et les standards du jazz.

L’improvisation modale : c’est l’improvisation à partir d’un mode ou d’une gamme. L’objectif étant de mettre en valeur certaines notes d’une gamme, de faire ressortir une couleur particulière. Comme si en cuisine vous souhaitez signer votre plat par la saveur d’un ingrédient particulier.

L’improvisation libre : l’improvisateur compose sa musique en temps réel sans aucun contexte ou consignes. Cette improvisation est couramment utilisée en free jazz.

Psssst… avec un peu de maîtrise, certains bons musiciens n’hésitent pas à mélanger plusieurs types d’improvisations de façon progressive… On part sur une improvisation plutôt traditionnelle, on la fait évoluer avec de nouvelles couleurs, et on finit en apothéose off-the-track avec un cocktail étonnant de notes venues de nulle part… Résultat dingue et unique assuré ! Mais tout cela se travaille 😉

Les gammes, c’est important ? 

Parler c’est improviser ! En effet, lorsque vous parlez vous créez des phrases en temps réel grâce au vocabulaire que vous avez appris dès votre plus jeune âge.

Improviser à la guitare c’est pareil ! C’est tout naturellement utiliser un vocabulaire que vous connaissez déjà, en commençant par enchaîner des notes… Et le 1er enchaînement de notes, ça s’appelle les gammes … Donc pour improviser il est bien évidemment primordial de connaître ses gammes.

Commencez déjà par la bonne vieille gamme majeure (et soit dit en passant, sa gamme mineure relative, car quand vous savez l’une, vous savez l’autre !). Pourquoi ne pas commencer votre expérimentation de l’improvisation tout simplement… en racontant l’histoire d’une gamme ? Bien tranquillement, en essayant de la faire vivre, en mouvement ascendant ou descendant, mais toujours en notes jointes. Comme si vous montiez ou descendiez une échelle, sans sauter de barreaux, et en essayant de donner à votre mouvement une belle esthétique. Croyez-moi, mettre de l’intention sur des notes conjointes (qui se suivent) et faire déjà l’effort de les mettre en valeur, c’est déjà un exercice d’ “improvisation” très formateur !

Alors oui, mais il faut apprendre les gammes ? Pas de panique, les fainéants de tous poils, ce n’est quand même pas sorcier, et c’est même accessible aux débutants ! Voici une petite vidéo Youtube d’un professeur qu’on aime beaucoup chez Wiplay : Alexis Besson - L'Accordeur Accordé. Cette vidéo est idéale pour apprendre facilement et rapidement vos gammes alors… goo, allez la visionner 💻 : Apprendre ses gammes 

Improviser avec la gamme majeure 

Vous avez de la chance, car la grande majorité des morceaux de musique occidentaux sont pop, folk, rock… une seule gamme est généralement utilisée : la gamme majeure. 

La gamme majeure est une gamme heptatonique. En gros, celle-ci est constituée de 7 notes : Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si.

Puis, à partir de cette même gamme majeure vous pouvez “générer” trois gammes pentatoniques mineures, c’est à dire constituées de 5 notes :

  • La gamme de Ré mineur : Ré, Fa, Sol, La, Do
  • La gamme de Mi mineur : Mi, Sol, La, Si, Ré
  • La gamme de La mineur : La, Do, Ré, Mi, Sol.

Avec ça, vous avez déjà toutes les cartes en mains pour commencer à improviser sur divers morceaux, en utilisant un même référentiel : les notes de la gamme de Do majeur. Alors, lancez-vous 👍🏼

Le chemin à suivre ensuite : commencez en jouant les notes dans l’ordre traditionnel puis à les travailler dans le désordre, une première note puis une seconde, puis une troisième, et ainsi de suite.  Doucement vous allez développer des phrasés -et votre oreille par le même coup- à la guitare. Vous remarquerez qu’au fur et à mesure, vous créerez des mélodies, et ça ne sera pas les plus belles dans un 1er temps… mais ne vous découragez pas, si l’être humain était capable de tout réussir en un claquement de doigts ça se saurait ! Faites-moi confiance, les suivantes seront bien plus belles 😍

Dans tous les cas, décomplexez-vous ! C’est normal que vos premières improvisations ne soient pas topissimes. Pour l’instant, vous apprenez à marcher :) Et quand on apprend à marcher, il faut découvrir, recommencer, tester… et cela n’empêche pas même à ce stade de se faire PLAISIR !!!

Improviser avec les accords

Outre les gammes, il existe également des objets merveilleux qui vous aideront dans votre improvisation : les accords. Travailler l’improvisation à partir des  accords permet de développer son oreille musicale… car vous rentrez tout naturellement dans le monde de l’harmonie : celui des émotions qu’on exprime, des sentiments qu’on entremêle… Et donc enchaîner des notes pour tenter d’exprimer un sentiment (triste, joyeux ou ambigu, sur un mineur, majeur ou diminué par exemple), c’est développer son oreille musicale et lui permettre d’entendre des émotions… pour à terme mieux improviser ! Alors, à votre tour : prenez une succession d’accords qui vous plait, et créez vos propres phrasés mélodiques sur cette séquence d’accords. A mon avis, si l’ambiance générale de cette progression est nostalgique, ne pensez-vous pas que vous aurez tendance à rechercher des notes et phrasés qui exprimeront au mieux cette nostalgie ?

Pour aller plus loin, vous aurez besoin de comprendre la fonction de chaque accord, c’est à dire leur utilité dans une tonalité donnée. Car créer des enchaînements d’accords ce n’est pas donné à tout le monde, cela suppose de  comprendre comment s’organise une tonalité. Par exemple, sur une tonalité majeure :

  • Ier degré : accord Majeur / Majeur 7 (Do Majeur / Majeur 7)
  • IIe degré : accord mineur / mineur 7 (Ré mineur / mineur 7),
  • IIIe degré : accord mineur / mineur 7 (Mi mineur / mineur 7),
  • IVe degré : accord Majeur / Majeur 7 (Fa Majeur / Majeur 7),
  • Ve degré : accord Majeur / Dominant 7 (Sol Majeur / Dominant 7),
  • VIe degré : accord mineur / mineur 7 (La mineur / mineur 7),
  • VIIe degré : accord diminué / mineur 7, bémol 5 (Si diminué / mineur 7, bémol 5).

L’idée ici, c’est que sur une tonalité donnée, vous inventiez des progressions d’accords cohérentes, c’est à dire facilement combinables entre elles, justement car ces accords sont issus de la même tonalité. Essayez par exemple une progression 2-5-1, et inventez des phrasés là-autour… Parfait pour s’habituer peu à peu à cette progression et fabriquer des phrasés que vous aurez tôt fait de reproduire ensuite facilement sur votre manche.

Ressentir le rythme

Ne pas oublier le rythme ! Improviser, c’est aussi choisir des mouvements rythmiques appropriés. A quoi, cher monsieur ? Tout simplement à votre narration, à votre histoire. Si vous déclarez votre flamme à votre conjoint, vous n’allez pas lui dire : je T’ aime. Et encore moins JE t’aime. Vous lui direz je T’AIME. Quoi de plus logique que de mettre l’emphase sur ce qui est le plus important ? En musique, c’est pareil, vous utiliserez plutôt les temps faibles pour des notes de passage, des informations musicales moins importantes… pour magnifier les temps forts avec les notes les plus expressives de votre phrasé mélodique ! Et oui, cela s’apprend, et c’est même un apprentissage long mais passionnant que nous vous proposons pour progresser en improvisation musicale. Plein d’exercices existent pour vous aider à “mettre en valeur” les notes les plus caractéristiques de votre phrasé. Un peu comme si vous choisissiez de rester un peu plus longtemps sur un barreau de votre échelle, car il vous offre la plus belle vue !!! 

Ensuite, le rythme il faut à la fois le comprendre pour l’utiliser, et en même temps ne pas tout compliquer… car pour la plupart d’entre nous, l’important est aussi de ressentir la musique, l’atmoshère, pour placer vos notes de façon instinctive et naturelle. Un savant mélange à cultiver :) 

Pour ceux qui ne comprennent pas ce que veut dire ressentir le rythme musical, n’hésitez pas à consulter cet article, il peut vous être d’une petite aide : Apprendre à ressentir le rythme.

Bon, il me semble vous avoir fourni pas mal de clés dont vous aurez besoin pour vous jeter dans le grand bain ! 

Comment développer l’improvisation encore et encore ?

Alors oui, bien sûr, si on veut progresser toujours plus, on revient aux basiques : on apprend bien en RE-PE-TANT. C’est pour cela qu’on vous recommande fortement de travailler votre technique. Non pas pour en devenir esclave. Mais pour vous donner de nouveaux moyens d’expression ! Expérimenter les allers-retours, le sweeping, le tapping, les bends, le vibrato, le legato ou encore le saut de cordes, c’est respirer plus grand, c’est avoir un instrument augmenté, c’est développer sa musicalité !

Si vous ne connaissez pas ces techniques ou que vous souhaitez tout simplement vous entraîner, je vous conseille vivement de visionner les vidéos Youtube de la chaîne Rooguitar. qu’on aime bien chez Wiplay : https://www.youtube.com/c/rooguitar

Enfin, j’aimerais que vous reteniez ça : jouez ce que vous aimez en vous tournant vers les musiciens qui vous inspirent. Improviser sur une musique qui vous gave, franchement, au secours. Allez sur les terrains de jeux musicaux qui vous motivent, et ensuite, tentez d’analyser, de retravailler les plans et d’improviser. Appropriez-vous les notes, arrangez-les à votre façon, construisez votre jeu. N’oubliez jamais que répéter les grands solos note à note est un exercice non seulement pas abrutissant, mais exaltant, car vous mettez les pieds -et les doigts :) dans les pas des plus grands artistes. Et cela, croyez-nous, cela ne fait pas de vous un mouton de panurge : au contraire, cela fera de vous un meilleur musicien, car vous saurez reprendre votre liberté tôt ou tard en “intégrant” ce jeu dans votre propre jeu guitaristique. Et n’oublions pas que pour cuisiner une belle sauce en cuisine, utiliser un très bon vin bonifie toujours votre création ! En musique c’est pareil : allez puiser à la bonne source :)

En synthèse, n’oubliez jamais que votre jeu d’improvisation est issu de de vos émotions, de vos sentiments, de vos humeurs, de votre énergie. La guitare est un formidable instrument et l’improvisation lui permet d’en exploiter tout le potentiel. Regardez comment Mark Knopfler, BB King, Stanley Jordan, Jimmy Page, Pat Metheny ou encore Steve Vai, dans des styles qui leur sont tous propres, font parler leur instrument et nous racontent une histoire… Ah rien que d’en parler j’en ai la chair de poule :)

Alors, racontez-nous votre histoire 💙

PS : Si malgré tout, vous avez vraiment du mal avec l’impro, que vos enchaînements vous paraissent brouillons, que tout tourne en rond et que ça sonne faux, n’ayez pas honte. Au contraire, nos professeurs de guitare adorent cela ! Ils sauront parfaitement vous tenir la main et vous faire évoluer pas à pas dans cet apprentissage.

Alors on prendrait pas un petit carnet de cours chez Wiplay ???

 

Laisser un commentaire